A cheval en Baie de Somme

rando baie de somme | destinations cheval

 
Comme une impression de bout du monde…
C’est la sensation éprouvée lorsque nous parcourons la Baie de Somme.
Classé Grand Site de France, elle est l’une des plus belles baies du monde, aux côtés de celle de San Francisco ou d’Halong. D’une superficie de 72km², elle abrite la plus grande colonie de phoques du nord de la France.

Une façon originale de découvrir cette fabuleuse curiosité de la nature : à cheval.
Pas sur des Hensons, ces petits chevaux endémiques, mais bien sur des pur-sang arabes d’endurance.

Allez, à cheval !
 

Le premier jour

Le matin, c’est la traditionnelle distribution des chevaux, chacun mémorise le nom de sa monture, adaptée à son niveau et à sa morphologie. Puis suit un petit débriefing, pour rappeler à chacun les conditions météo, les consignes de sécurité et l’organisation de la journée. Ce week-end de février, c’était plutôt pluie et température de saison, mais les chevaux ça réchauffe !

Après avoir fait connaissance avec son compagnon, l’avoir pansé et sellé, nous voilà en selle ! Répartis en 2 groupes, les habitués de longue date partis devant (oui parce que la majorité des cavaliers sont des « routards » de l’endurance) et ceux qui le sont moins avec Amélie, notre guide et référence.

La matinée commence par le village et ses petites rues bordées de maisons, le paysage se transforme peu à peu lorsque nous atteignons les champs, où galopent à notre rencontre des Hensons. Quelques petits trots et galops tranquilles pour se mettre en jambe et nous débouchons sur la plage, après avoir traversé les dunes et leurs multiples traces d’animaux.
Et là, c’est un régal pour les yeux, une étendue immense, du sable à perte de vue (mais où est la mer d’ailleurs ?) et personne à l’horizon.
L’excitation des chevaux est palpable et nous voilà donc partis pour un premier galop. Un peu chaud, il faut l’avouer ! L’effet de groupe jouant un peu, il faut maîtriser sa monture. Vous connaissez les chevaux, un grand espace, des copains et les voilà partis dans un grand galop joyeux ! La vitesse c’est bien mais il faut qu’elle soit maîtrisée en toute circonstance et sur tous les terrains.
L’émotion passée, nous finissons la matinée par de petits galops cadencés, rythmés par le bruit des sabots sur le sable (un indicateur essentiel de la bonne qualité du terrain, gage de sécurité pour les chevaux).

Après un repas chaud et réconfortant, l’après-midi s’organise en plusieurs petits groupes de quatre ou cinq cavaliers, dont le départ s’échelonne pour ne pas recréer l’excitation de course. Bienheureux cavaliers que nous sommes, il ne pleut plus !
 

Et c’est une fin de journée assez magique que nous allons vivre. Imaginez : un soleil présent bien que timide, des chevaux calés dans des allures stables rênes longues, l’impression d’être dans les nuages avec le ciel qui se reflète sur le sable mouillé, de temps en temps un galop plus poussé et plein de bonne adrénaline… Génial.

 

Le deuxième jourrando baie de somme | destinations cheval

Après une nuit en gîte, le lendemain s’annonce bien, il ne pleut pas ! Nous voilà repartis en petits groupes, pour une grosse matinée. L’objectif est d’aller le plus loin possible, retour prévu pour 14-15h.
Nous commençons au pas, histoire que tout le monde soit bien échauffé puis c’est au petit trot que nous attaquons la plage. En alternant galops et pas de récupération, nous arrivons en vue de Berck. Cette partie-là est moins désertique, il faut faire attention aux promeneurs, à leurs enfants et à leurs chiens. Des chars à voile sont aussi de sortie, à regarder de loin !

Mais ce ne sont pas les seuls sujets que nous avons pu rencontrer le long de la plage. En effet, il y a une faune assez active en Baie de Somme. Des troupeaux de chèvres sauvages viennent fouler le sable, on y croise parfois des sangliers, à la recherche d’un reste de pique-nique. Les oiseaux sont aussi très présents, à cette époque de l’année, les migrateurs ne sont pas arrivés mais il est plaisant de regarder s’envoler les mouettes et les goélands à l’approche de chevaux.
Au sol, on trouve une multitude de coquillages et de couteaux déposés par les marées, qui craquent sous les sabots et les parcs à moules viennent réveiller des envies gourmandes. Sur le retour, nous revenons jusqu’à l’embouchure de la Somme, véritable paysage lunaire ou tout droit venu d’une autre planète. Malheureusement pour nous, il se remet à pleuvoir et nous rentrons au campement, trempées mais heureuses.
 

Hébergement et restauration

Pour le côté pratique, vous êtes hébergés en chambres collectives dans un gîte (ou deux selon l’affluence), situé dans un camping à deux pas de la plage. Moi, j’ai eu la chance de faire partie des “privilégiées” du deuxième gîte, où nous étions soit en chambre individuelle, soit en binôme. Plutôt agréable ! De plus, les paddocks des chevaux sont à exactement 10m du premier gîte, ce qui est assez exceptionnel.

Les repas sont préparés par les bons soins du guide et des cavaliers qui veulent bien mettre la main à la pâte. Réconfort garanti: de la soupe pour se réchauffer, des grandes marmites de pâtes (et du fromage râpé s’il vous plaît !) ou de moules locales pour se remettre de ses efforts à cheval !
 

Organisation du séjour

Destinations Cheval a tout prévu pour que vous passiez un bon moment : guide équestre qualifié, cavalerie adaptée et expérimentée ainsi qu’une organisation plaisante !

Ce séjour court mais intense demande quand même de prendre certaines précautions. Plusieurs choses sont à savoir et à considérer avant de s’inscrire.

Niveau équestre

Dans un premier temps, son niveau équestre doit être bon+++ pour maitriser son cheval aux 3 allures en terrain varié, ouvert et, qui plus est, sur des chevaux d’endurance. Sensibles et pleins de sang, ils sont assez vifs. La pratique régulière de l’équitation et l’habitude de l’extérieur sont des points indispensables.

Condition physique

D’autre part, il faut aussi une bonne condition physique. Chevaucher toute la journée, galoper régulièrement plusieurs kilomètres d’affilés et être au grand air fatigue le corps. Il faut donc avoir une certaine résistance physique pour être en forme les deux jours et pouvoir profiter pleinement de l’aventure.

Les courbatures sont vraisemblablement au rendez-vous les quelques jours qui suivent et sachez aussi que vous pouvez vous blesser au niveau du pli du genou, là où le contact avec la selle se fait. Il parait que c’est monnaie courante chez les cavaliers d’endurance.

Météo

Enfin, il faut prendre en compte l’aspect météo du séjour. Selon la période, le temps est plus ou moins clément. La Baie de Somme est bordée par la mer du Nord, qui n’est pas réputée pour être un endroit très chaud, et c’est un lieu très humide. Une bonne résistance aux intempéries est aussi conseillée.

Équipement

Selon la période, pensez à prévoir plusieurs tenues de rechange. Pour ma part, j’avais pris une tenue complète pour chaque jour (donc deux) mais vu le temps très « mouillé » que nous avons eu, un troisième ensemble n’aurait pas été de trop ! La météo étant plutôt instable, il faut parfois se changer de la tête aux pieds ! Ou prévoir des tenues imperméables. Ce serait dommage d’attraper froid…

 

Quoi qu’il en soit, si vous remplissez toutes ces conditions, c’est une bonne formule pour s’évader le temps d’un week end :

    ♦ une super équipe,
    ♦ de supers chevaux
    ♦ et un lieu que les lumières toujours changeantes rendent magique.

 

Découvrez ce week-end en baie de Somme
sur le site Destinations Cheval

Voir le week-end

 

Pour suivre nos publications, inscrivez-vous à notre newsletter ou suivez-nous sur facebook.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *